Framework Entryfield : démo

Une des particularités de notre Framework entryfield c’est d’être fourni avec une mini-application de démonstration.

Avertissements

  • Ce n’est pas une vraie application, elle n’est pas complète, elle n’est pas sécurisée
  • C’est donc un démonstrateur de faisabilité, et pour ceux qui aiment écrire des applications, c’est un modèle dont on peut partir.
  • La structure est internationalisable, mais l’application est en anglais
  • Les mots que vous êtes en train de lire ont été écrits avec WordPress ; mais l’application de démo est 100% indépendante de WordPress
  • Il faudra vous connecter, « roger » ou « anna », avec le mot de passe « abcdef »
  • Ne l’utilisez pas pour de vrai : les données sont réinitialisées toutes les heures (à 8h17, 9h17, 10h17 et ainsi de suite)

Cela étant écrit, vous pouvez faire l’essai ici.

( plus loin dans cette page, attention vous entrez dans une zone technique)

Caractéristiques du framework Entryfield

C’est un Framework avec relativement peu de code, mais qui est plutôt complet pour écrire des applications PHP reliées à SQL

MySQL, SQLite et SQL Server ont été testées. D’autres bases SQL devraient fonctionner aussi parce que le framework est basé sur PDO.

Pour commencer, vous donnerez un préfixe à votre application, disons par exemple App,et un répertoire, mettons par exemple appl. (dans le cas de l’application de démo, le préfixe est Tdl et le répertoire est tdlist).

L’approche MVC est construite comme indiqué ci-dessous.

Modèles

  • Les structures de données et les formats de données sont écrits dans appl\models\App_Schema.php
  • Les procédures relatives aux données sont écrites dans appl\models\App_Model.php. Dans des applications complexes, ce programme serait scindé en plusieurs sous-modèles.

Contrôleurs

  • Chaque page fait l’objet d’un script assez simple écrit dans appl\pages\App_PageName.php . L’objet d’une page est d’assembler des parties (‘parts’).
  • Les contrôleurs sont dans chacune des parties, écrits dans appl\parts\App_PartName.php
  • Chaque partie (‘part’) est structurée d’une façon similaire, avec les méthodes suivantes
    • doRun : exécuter la partie
    • doDeclare : déclaration des listes et des formulaires utilisés par la partie
    • doProcess : ce que fait la partie quand elle reçoit des données de formulaire
    • doDisplay : ce que la partie affiche.

Vues

  • S’appuyant sur la description des données dans le schéma (voir Modèles, plus haut), le composant Ef_List construit une liste ou un formulaire pour voir ou pour modifier vos données. Cela peut être une liste en mise à jour multiple.
  • Entryfield comprend un moteur de templates (gabarits)
    Ef_Page qui permet de séparer la présentation HTML du contenu.

Le web a 30 ans aujourd’hui

Le 12 mars 2019, soit 30 ans après le 12 mars 1989

Le CERN, inventeur du Web, rend hommage a cette invention en réalisant un émulateur du premier navigateur Web.

C’est visible ici : https://worldwideweb.cern.ch/

(Y a qu’à cliquer sur le bouton « Launch WorldWideWeb » situé en haut à droite).

Un fait notable concernant cette première mouture du World Wide Web, c’est qu’avec le navigateur vous pouviez directement écrire des pages Web. Donc avant de dire que c’était sommaire, réfléchissons-y à deux fois…

Monsieur Tim Berners-Lee s’est exprimé au sujet des 30 ans du web : voir Le Monde , ou Le Figaro.

Une petite pensée pour Steve Jobs, pas directement concerné mais…

  • Il popularise la souris (d’ordinateur) avec la sortie commerciale du Macintosh. Avant cela, la souris, c’était pour les grosses machines de PAO (Rank Xerox), bref une souris de laboratoire ;
  • En quittant Apple, il crée la société NextStep et l’ordinateur Next… Enorme succès d’estime, faible succès commercial, mais quand même : le tout premier serveur Web du monde, c’était une machine Next.
  • La suite est connue : en revenant chez Apple, il crée l’iMac (avec l’iMac G3, icône du redéveloppement de la firme au fruit de la famille des Rosacées)
  • Puis il a l’idée de ces téléphones où l’on gratouille incessamment la vitre avec le doigt, idée qui aura un certain succès.

Migration vers WordPress

Le 11 mars 2019

À force de mettre en oeuvre WordPress pour des amis ou des clients… Nous l’avons fièrement mis en oeuvre pour nous aussi.

Ceci fut fait lors de la version 5 de WordPress, la première incluant le glorieux mode d’édition Gutenberg.

Et quelques plugins : dont

  • Contact Form 7 : le formulaire de contact le plus utilisé au monde
  • Flamingo : un complément à Contact Form 7 qui garantit qu’en cas de panne du serveur de mail, l’information n’est pas perdue
  • Post Types Order : pour pouvoir ranger les articles dans l’ordre que l’on veut, non mais !
  • WP Meta and Date Remover : toutes ces informations Meta et Date, ça fait très « WordPress » mais pas forcément utile
  • ShiftNav – Responsive Mobile menu : parce qu’il fallait choisir entre menu à plusieurs niveaux et menu Responsive* et que nous voulions les deux.

Le thème : à la base nous étions sur un thème Business Casual de Startbootstrap. Le thème en question a été (plus ou moins) adapté pour WordPress par Crissoca.

*Responsive : ça veut dire que le site marche sur mobile.